More
    AccueilEfoilEfoil vs wing foil est-ce difficile ?

    Efoil vs wing foil est-ce difficile ?

    Alors que McConks se prépare à lancer officiellement la marque Fly McConks proprement dite, qui verra débarquer notre gamme de deux planches eFoil, ainsi que la ligne d’ailes Go Fly déjà en vente, nous souhaitons vous donner l’inspiration et les informations qui vous permettront de faire le grand saut et de vous impliquer. Se tenir debout et pagayer est une chose, mais ajouter un hydrofoil au mélange est un tout autre aspect ; un aspect qui peut intriguer mais aussi potentiellement rebuter les riders. Surtout s’ils n’ont aucune expérience préalable des sports nautiques. Mais ce n’est pas forcément le cas.

    Le foil est-il difficile ? En un mot : non. Si l’on met en place les bons éléments de base, que l’on dispose de l’équipement adéquat et que l’on est guidé tout au long du processus, on peut s’envoler assez rapidement. Pour ce qui est de se lever et de s’envoler, ne serait-ce que quelques secondes, c’est un processus plus rapide que d’apprendre à surfer par exemple.

    Le foil d’abord

    Quelle que soit la discipline du foiling qui vous intéresse (et il y en a beaucoup : SUP foiling, wing foiling, windsurf foiling, wake foiling, surf foiling, efoiling, kite foiling et foil pumping), il est préférable d’apprendre d’abord le foil. Essayer d’ajouter une aile (comme la Go Fly) qui demande sa propre attention, en même temps que l’apprentissage du foil n’est pas la meilleure chose à faire. Cela vous prendra beaucoup plus de temps pour passer de rien à un foil efficace.

    Le type de foil sur lequel vous apprenez va également favoriser (ou entraver) votre progression. Les hydrofoils se divisent généralement en deux camps – et par là, nous faisons référence à la forme de l’aile avant du foil. Les ailes de foil à fort aspect sont plus fines, plus étroites, plus rapides et nécessitent beaucoup plus de puissance/vitesse pour se soulever. Votre technique doit être adaptée pour tirer le meilleur parti d’une aile à fort allongement. Les ailes à faible allongement, en revanche, s’élèvent à des vitesses plus faibles, sont un peu plus stables une fois en hauteur et pardonnent une technique peu raffinée. Ces types d’ailes sont les ailes les plus « shovel-esque » qui semblent énormes. Le foil, en particulier, est une activité à faible puissance où l’on compte davantage sur les propriétés de portance d’un foil à faible allongement, du moins au début.

    En termes d’eFoiling, c’est exactement la même chose. Bien sûr, vous pouvez contrôler la vitesse à laquelle vous volez grâce à la gâchette de l’accélérateur. Mais les ailes à fort allongement nécessiteront toujours plus de puissance/vitesse, ce qui signifie que vous devrez aller plus vite. Ce n’est pas aussi rassurant que de piloter quelque chose qui nécessite moins de poussée.

    Pour apprendre à faire du foil, le meilleur conseil a toujours été de se mettre derrière un bateau et de se faire remorquer. Cela permet une progression rapide. Comme alternative, l’eFoiling vous donnera la même courbe d’apprentissage et vous offrira une expérience autonome sur un bateau autonome. On peut donc dire qu’un eFoil est le moyen le plus rapide d’apprendre à s’habituer à voler. Une fois que vous aurez maîtrisé la technique du vol, vous serez prêt à aller voir ailleurs si vous le souhaitez.

    ASTUCE : le foil, une fois que vous êtes en hauteur, consiste simplement à contrôler la montée et la descente du nez de votre engin. En gardant l’avant vers le bas, comme si c’était le cas, avec de subtils déplacements du poids du corps, vous contrôlez effectivement la portance du foil. Ce n’est ni plus ni moins.

    L’aile en second

    Si le winging est votre discipline de prédilection, une fois que vous aurez maîtrisé le foil, il sera temps de vous occuper du wang. Bien que nous n’ayons pas besoin d’énoncer l’évidence, les ailes sont gonflables. En tant que produit aérien, elles présentent des avantages et des inconvénients.

    À Lire  GUIDE D'ACHAT eFoil - 5 choses à savoir

    Un grand avantage est la légèreté des ailes – même les plus grandes tailles comme la McConks Go Fly 6m. Elles sont également faciles à monter et à ranger, de la taille d’un petit sac à dos. Les ailes sont très portables et lorsqu’elles sont combinées avec une planche de foil compacte et un hydrofoil modulaire, l’espace nécessaire pour le transport et le stockage est minimal.

    Les Wings sont également très faciles à utiliser, même si vous n’avez aucune expérience préalable du vent. Nous l’avons prouvé lorsque nous avons fait faire ses premiers pas à l’un de nos amis, Oli, en été. Nous avons volontairement donné un minimum d’instructions, mais il s’en est bien sorti.

    Contrairement aux voiles de windsurf, ou aux cerfs-volants de kitesurf, les ailes ne sont pas aussi critiques pour les angles d’écoute. Ou l’endroit où vous les tenez par rapport à la direction du vent. Monter sur un gros SUP la première fois avec une aile est super facile.

    Maintenant, parlons de leurs inconvénients. Comme les ailes sont pleines d’air, elles sont un peu inefficaces par rapport aux dispositifs rigides de prise de vent comme les voiles. Elles ont tendance à se déformer et à se plier en cas de rafales et la voilure de l’aile a tendance à perdre sa forme. Ceci, pour l’instant, concerne toutes les ailes de toutes les marques. Nous avons fait notre part de tests sur le marché et si certaines offrent plus de rigidité que d’autres, toutes les ailes souffrent des mêmes problèmes. Le Wingfoiling, le wing SUP ou le wing surfing est encore très jeune et les produits sont tels qu’ils sont pour le moment. Nous sommes certains que dans les mois et années à venir, la technologie s’améliorera et que les ailes deviendront beaucoup plus efficaces.

    Ce qui précède peut sembler négatif mais en fait, les avantages des ailes l’emportent largement sur les inconvénients. Ce que les ailes offrent, c’est la possibilité de décoller dans des endroits qui n’auraient pas fonctionné auparavant. Les kitesurfeurs, par exemple, n’ont pas tendance à décoller dans les estuaires où le vent peut souffler en rafales et où il peut être dangereux d’être encerclé par des côtes étroites. Il en va de même pour les lacs et les réservoirs. Si vous êtes un wing foiler, vous pouvez vous mettre à l’eau à peu près partout. Et, bien sûr, vous pouvez profiter des brises légères, une fois que vous avez acquis les compétences nécessaires.

    Les EFoils peuvent aussi (en théorie) être lancés partout où il y a de l’eau. Contrairement à un bateau ou à un jet ski, vous n’avez pas besoin de remorque et vous pouvez vous rendre à pied au point de mise à l’eau. Ils sont certes plus lourds que les SUP standard, mais pas autant qu’un yacht ! Le problème avec les eFoils se pose lorsque l’on commence à examiner les règlements locaux et la législation sur les bateaux à moteur. C’est une zone grise car il n’y a pas encore beaucoup de pilotes d’eFoil. Cela pourrait changer, car l’intérêt est certainement croissant.

    Revenons donc à la question initiale : le foil est-il difficile à apprendre ? Pas avec la bonne approche. Et même si vous vous lancez seul, il y a de fortes chances pour qu’avant longtemps vous voliez au-dessus de l’eau. Le meilleur conseil est de faire des recherches, de prendre des leçons et d’être prudent.

    Max Wing
    Max Winghttps://foilmax.fr
    Passionné de Surf et Kite Surf c'est tout naturellement que je me suis lancé en 2019 au Wingfoil, . Depuis mes journées ne sont plus mêmes : je passe environ 2 heures par jour à naviguer en Wingfoil et tester du nouveau matériel. Suivez toute l'actualité du Wingfoil & eFoil sur Foilmax